Pour la CGT, même s’il ne s’agit pas de prétendre que ces sommes sont négligeables pour les salarié.es, cette prime qui va susciter des inégalités et des pratiques clientélistes, est loin de constituer la réponse urgente et attendue par les personnels :  un dégel de la valeur du point d’indice et la juste reconnaissance salariale de l’engagement et des qualifications des personnels, la revalorisation des carrières notamment à prédominance féminine. (Confère sur notre site le communiqué unitaire du 16 avril 2020).

Le décret 2020-570 du 14 mai 2020 détermine les conditions dans lesquelles l’Etat et les collectivités territoriales, ainsi que leurs établissements publics (EP) et groupements d’intérêt publics (GIP)*, peuvent verser une prime exceptionnelle aux agents particulièrement mobilisés pendant l’état d’urgence sanitaire.

A cet effet, seront nommément désignés les agents publics qui, en raison des sujétions exceptionnelles auxquelles ils ont été soumis pour assurer la continuité du fonctionnement des services, ont fourni un surcroît de travail significatif en présentiel ou en télétravail ou assimilé durant cette période

Le décret entre en vigueur le lendemain de sa publication, soit le 16 mai 2020.

Les bénéficiaires seront désignés parmi :

La prime exceptionnelle :

* à l’exclusion des établissements et services médicaux-sociaux qui accueillent ou apportent une aide à domicile, aux personnes âgées, aux adultes handicapées ou atteintes de pathologies chroniques, aux personnes en insertion sociale, professionnelle et/ou médicale (autre décret pour ces personnels).

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *